"/>
Bruxelles réduit son volume sonore pour préserver les oreilles des jeunes Bruxellois.
17
Fév
2018

Le volume sonore des salles de concerts est limité à 85 décibels. Une mesure de santé publique. Explication en vidéo.

Photo : Picjumbo , (CC0).

Le volume sonore des salles de concerts est limité à 85 décibels. Une mesure de santé publique. Explication en vidéo.

17 Fév
2018

Arrêt “son amplifié” : pourquoi Bruxelles baisse d’un ton ?

Les établissements bruxellois se mettent au diapason. À partir du 21 février 2018, la limite de diffusion des sons amplifiés sera fixée à 85 décibels, sans conditions, pour l’ensemble des établissements de la capitale. Ce niveau sonore est évalué en fonction d’une ‘moyenne d’audition normale’ (A).

Deux exceptions de niveau de bruit sont néanmoins prévues sous réserve de mesures strictes. À 95 dB, la salle devra obligatoirement informer le public concerné. Pour un niveau sonore allant jusqu’à 100 dB, des protections auditives devront être mises à disposition, ainsi que des zones de repos sonore.

Pour faciliter son application, la ministre bruxelloise de l’Environnement et de la Qualité de vie, Céline Fremault, a fait publier des pictogrammes que les établissements doivent afficher en fonction du niveau sonore qu’ils atteignent. Ces pictogrammes « Happy Ears » sont établis en fonction d’un code couleur simple : vert pour 85 dB, orange à 95 dB et rose jusqu’à 100 dB.

Pictogrammes d’indice du niveau sonore dans les salles de Bruxelles

Un phénomène social qui touche à la santé publique

L’arrêt « son amplifié » était une des priorités de la ministre bruxelloise pour répondre à la problématique du son dans la région. L’utilisation répétitive de basses fréquences, jumelée à un volume de plus en plus élevé, a un impact nocif sur le corps humain, selon l’Organisation mondiale de la santé

Mais en fait, c’est quoi un décibel ? Et en quoi peut-il nuire à notre santé ? Explication vidéo.

 

En Belgique, pas tous sur la même longueur d’onde

Cette nouvelle réglementation, applicable dans la région de Bruxelles-Capitale, a été inspirée par une loi flamande en vigueur depuis 2012. La Flandre et Bruxelles sont donc aujourd’hui en parfaite harmonie en matière de normes sonores.

En Wallonie, la législation fixant les réglementations acoustiques pour la musique dans les établissements publics et privés date du… 24 février 1977. Le niveau sonore maximum émis par la musique ne peut dépasser 90 dB dans les établissements wallons. Contrairement aux autres régions de Belgique, il n’existe pas de “seuil” sonore acceptable sous réserve de restriction. Une réglementation qui semble désuète et en décalage avec les réalités musicales actuelles.

Plus d’infos sur les règles à suivre sur environnementbrussels.com

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
IMMERSION. La grande médiathèque de Bruxelles tente de survivre au numérique

Ça faisait une dizaine d’années que je n’avais pas mis les pieds dans la médiathèque du Passage 44, et mes...

Fermer