"/>
05
Avr
2017

Face à une société hyperconnectée, Virginie Tyou a écrit une histoire ludique afin d’expliquer l’univers d’internet aux enfants.

Virginie Tyou est l'auteure de deux livres sur le numérique, « Cliky, l’énigme numérique » et « Cliky, le crack des réseaux ». DR

Face à une société hyperconnectée, Virginie Tyou a écrit une histoire ludique afin d’expliquer l’univers d’internet aux enfants.

05 Avr
2017

Virginie Tyou décode Internet avec Cliky

« Ce n’était pas un rêve envisageable. Je n’imaginais pas que mes ouvrages pourraient avoir un tel succès », admet Virginie Tyou. Et pourtant, bientôt deux années après la sortie du premier des deux tomes nommé « Cliky, l’énigme numérique », ses livres restent tout autant appréciés dans le milieu scolaire belge : « Je ne fais que rencontrer des enfants. L’accueil est très positif dans le primaire. C’est très chouette de voir à quel point je suis bien accueillie », sourit-elle.

Le principe de ses ouvrages est simple : éveiller la curiosité de l’enfant et lui exposer les risques d’utilisation de la Toile. Face à l’hyperconnectivité croissante, il devenait « urgent » pour l’auteure de réagir.

Page Facebook Cliky

« Créer un choc culturel entre les mondes numérique et physique »

Dans le premier tome, Cliky, une petite boule jaune, quitte internet un soir d’orage et atterrit dans le lit du plus petit de la famille, Félix. La suite lui permet de mieux appréhender l’univers d’Internet. Cette histoire sensibilise les plus jeunes dans le but de comprendre ce nouveau monde. « Aujourd’hui, à 9 ans, les enfants sont déjà connectés et ne connaissent pas les dangers d’Internet. Mais ce n’est pas que de la prévention, c’est aussi de l’éducation », explique Virginie Tyou.

« Internet vaut vraiment la peine d’être utilisé. Il faut simplement savoir s’en servir. » Virginie Tyou

L’auteure tient tout de même à préciser : « Internet vaut vraiment la peine d’être utilisé. Il faut simplement savoir s’en servir. » Maman de trois enfants et experte en droit européen des télécommunications et des nouveaux médias, elle a donc imaginé Cliky avec l’objectif « de créer un choc culturel entre le numérique et le physique » puisqu’il était « grand temps de que les enfants découvrent comment internet fonctionne », assure-t-elle.

Un tome III à venir

Aujourd’hui, le succès est tel que Cliky est également arrivé aux oreilles du pays voisin. L’Éducation nationale française est rapidement entrée en contact avec elle pour reprendre ses livres dans la liste des ouvrages conseillés par le ministère de l’Éducation nationale. En fin d’année dernière, Virginie Tyou a également été reçue à l’Élysée lors d’un entretien avec le président français, François Hollande.

Virginie Tyou et sa petite boule jaune devraient encore poursuivre leur ascension puisque l’auteure tiendra notamment un stand au nom de Cliky au salon de l’Éducation, en novembre prochain à Paris. « Tout ça, c’est une magnifique aventure », se réjouit-elle. Parallèlement, un nouveau tome verra le jour avant le début de l’année 2018.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Fei-Lin Benoit en plein prestation sur le plateau de The Voice
The Voice : Fei-Lin Benoit, la douce voix

Une voix délicate, des interprétations pleines de sensibilité. Fei-Lin Benoit nous transporte dans son univers. Aujourd’hui étudiante en communication à l’IHECS, la...

Fermer