"/>
Caves du domaine des Ouled Thaleb, l'un des sites de production du groupe Diana Holding.
12
Mai
2017

[3/5] En 1923, la société belge Cockerill lance une production viticole au domaine des Ouled Thaleb. Aujourd'hui, il s'agit de la plus ancienne cave encore en activité au Maroc.

Caves du domaine des Ouled Thaleb, l'un des sites de production du groupe Diana Holding.

[3/5] En 1923, la société belge Cockerill lance une production viticole au domaine des Ouled Thaleb. Aujourd'hui, il s'agit de la plus ancienne cave encore en activité au Maroc.

12 Mai
2017

Ces Belges qui modernisent le commerce du vin au Maroc

Domaine des Ouled Thaleb, à une cinquantaine de kilomètres de Rabat. Il est midi et le soleil est au zénith. L’endroit a tout pour être idyllique. Au milieu des vignes trône un majestueux ryad et son jardin luxuriant. Tout autour, des bouteilles, des cuves, des caves… Du vin.

Cockerill, précurseur viticole

L’aventure du domaine des Ouled Thaleb est liée de près à la Belgique. L’après-14-18 est douloureux pour les investisseurs belges, qui se tournent vers l’étranger. La famille Cockerill, grand nom d’industriels liégois, s’intéresse au Maroc. Le pays est sous protectorat français depuis 1912, situation qui favorise les investissements belges.

En 1923, la S.A. Cockerill décide de poser bagage à Benslimane, près de Rabat, et crée la Société de l’Industrie et de l’Agriculture au Maroc (SIAM). C’est ainsi que née la plus ancienne cave encore en activité au Maroc. La première vendange, elle, n’aura lieu que trois ans plus tard, en 1927.

La famille Cockerill était la première à investir dans le secteur viticole au Maroc. Documents d'archive qui montrent les parts de la famille dans la compagnie SIAM.

Les documents d’archives attestent de la présence continue de la S.A. Cockerill dans la SIAM (Société de l’Industrie et de l’Agriculture au Maroc).

Depuis, l’exploitation a changé plusieurs fois de mains, notamment à cause de la marocanisation des entreprises. Les 4.500 hectares de vignes appartiennent désormais à Diana Holding, via la société Thalvin. Josselin Desprez de Gesincourt, directeur export de cette dernière, détaille l’importance du premier producteur de vin du Maroc : “Le groupe produit environ 31 millions de bouteilles par an sur le sol marocain, soit plus de 23 millions de litres. Cela est conséquent puisque la production annuelle au Maroc se chiffre à 34,5 millions de litres.” 95% de cette production est consommée au Maroc.

Une route des vins au Maroc

Zahid Abderrahim est un Belgo-Marocain chargé de l’export de vin vers la Belgique. Fort d’une expérience de 40 ans dans le domaine, il a vu le secteur viticole évoluer de façon impressionnante malgré certains coups durs, à commencer par la crise financière de 2008. Pour changer de trajectoire et diversifier ses activités, Zahid Abderrahim a cédé les rênes de l’export de la compagnie à sa femme. Il se lance désormais dans un tout nouveau projet haut de gamme : la route des vins au Maroc.

Des vins reconnus dans le monde entier

Le vin marocain plaît de plus en plus à l’étranger. Il profite, comme beaucoup d’autres pays, de la saturation de vignes que la France a atteint. Les clients sont curieux de découvrir de nouvelles saveurs, issues de pays encore méconnus pour leurs atouts viticoles. Ainsi, on retrouve des vins marocains sur la carte de grands restaurants partout dans le monde. Loin du “vin-couscous”, un terme qui caractérise les vins de faible qualité dans le Maghreb, le vin marocain gagne désormais ses lettres de noblesse. 4.376 vins ont été présentés au 41e Challenge international du vin en 2017. 44 vins présentés étaient marocains, 18 d’entre eux ont été médaillés. Le Coup de cœur Maroc a été attribué au vin “Les Trois Domaines 2016”, produit par Les Celliers de Meknès, l’une des marques de Diana Holding. Thalvin, la gamme de vins issus du domaine des Ouled Thaleb, a récolté quatre prix, dont deux médailles d’or.

De la production… à la distribution

Changement de décor, moins idyllique, mais tout aussi essentiel pour Diana Holding. À l’entrée de Casablanca, un immense entrepôt métallique se dresse sur le bord de la chaussée. À l’intérieur du hangar, des milliers de bouteilles d’alcool s’empilent les unes au-dessus des autres. Juste à côté, les bureaux de la compagnie Ebertec, qui se charge de la distribution de 80% des bouteilles de vin au Maroc. Abdelhek Haji, 57 ans, est le directeur financier de cette société qui fournit restaurants, grandes surfaces, hôtels, bars, etc. 

Malgré ses nombreux clients, il s’étonne encore de la difficulté pour les revendeurs d’obtenir une licence : “Après avoir reçu la visite de sept acteurs de différents ministères, une enquête est ouverte sur la personne désirant acquérir la licence. Une fois que la personne est considérée comme apte à revendre, elle doit alors, après une deuxième visite de tous les membres des ministères, signer un papier comme quoi elle ne servira pas de musulmans pour enfin obtenir son graal. Cette démarche prend plus d’un an et demi.”

Abdelhek Haji désire diversifier ses activités en touchant immédiatement le client. “Nous cherchons à obtenir une part de marché toujours plus grande. D’ici fin 2017, les premiers points de vente premium de la société ouvriront partout dans le Maroc. Nous concurrencerons les clients que nous fournissons, mais aussi nos premiers adversaires, les magasins Nicolas.”

Brel, enfant du Maroc

Les connaisseurs ont cerné le potentiel du Maroc il y a bien longtemps. Parmi eux, Jacques Brel qui aurait composé “Jef”, dans une maison close de Mohammedia, mais aussi “La Valse à mille temps” durant un trajet Tanger-Casablanca. Notre compatriote appréciait beaucoup cette région qu’il arpentait entre représentations et fêtes. Toujours un verre de vin à la main !

Sébastien Paulus (texte), Hamza Joulal, Karima Bouchehboun, Imane Benlemrid, Imane Ibourk et Lina Ammour (réalisation vidéo)

Cet article fait partie de notre dossier “Sur les traces de la culture belgo-marocaine au Maroc”, réalisé en partenariat avec les étudiants du Master de Production de contenus audiovisuels et numériques de l’ISIC. Plus d’articles à découvrir ici.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
en vrai, c'est plus anonyme que ça...
Pour ou contre les sex-toys chinois vendus sur Internet ?

Il y a 32.000 ans, on retrouvait déjà des sex-toys dans les cavernes de nos ancêtres, rangés entre le silex...

Fermer