"/>
Couché de soleil à Oostende
25
Jan
2017

Enquête sur les conséquences du réchauffement climatique déjà visibles dans le plat pays.

Le réchauffement climatique modifie entre autres les paysages côtiers. © Juliette Favre

Enquête sur les conséquences du réchauffement climatique déjà visibles dans le plat pays.

25 Jan
2017

Réchauffement climatique en Belgique : après nous, le déluge

La voisine en parlait encore hier, forcément : il n’y a plus de saisons, même en Belgique. Pour preuve, le rapport de 2015 de l’Institut royal météorologique (IRM). Concernant les relevés effectués à Uccle, le bilan est sans appel : « L’année 2015 est une année anormalement chaude et très anormalement ensoleillée. L’humidité moyenne est très anormalement faible et la pression moyenne exceptionnellement élevée ». Ces adverbes font froid dans le dos et à juste titre. Les impacts des changements climatiques en Belgique sont nombreux. « Ils modifient la biodiversité, la gestion de l’eau, notre façon de concevoir l’agriculture et la pêche, et ont des effets sur notre santé », précise Luc Dries, responsable de la communication chez climat.be. Par exemple, 25 à 75% des espèces présentes en Belgique risquent de connaître une réduction de leur population. En ce qui concerne la santé des Belges, il faut notamment s’inquiéter des canicules, du développement d’allergies et des changements dans la répartition d’espèces vectrices de maladies (telles que les tiques et les moustiques). Entre outre, la qualité de l’air en Belgique est très mauvaise selon l’Environmental Performance Index de l’Université de Yale de 2016, puisque le pays se classe au 162ème rang mondial. En cause, les particules fines produites par les véhicules.

La Belgique n’ayant pas de microclimat, les constats sont similaires sur l’ensemble du pays. Du côté flamand, les directives européennes sont implantées sous la tutelle d’INBO (Instituut voor natuur en bosonderzoek ou, en français, Institut pour la nature et la forêt). Qu’il s’agisse de la préservation des espèces en danger, de la gestion des forêts, de l’entretien de l’eau potable ou de la chasse organisée de façon durable, INBO produit un support scientifique nécessaire aux politiques environnementales de la Région. Du côté wallon, l’AwAC (Agence wallonne de l’air et du climat) gère, au niveau de la Région, la politique de la qualité de l’air, du climat et de l’ozone stratosphérique.

Compromis climatique à la belge

La région bruxelloise a réagi en adoptant, en juin 2016, le Plan régional air-climat-énergie. Il propose une série de 64 mesures et 144 actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30% d’ici 2025. En effet, le changement climatique en Région de Bruxelles-Capitale entraîne à terme une hausse des températures, des hivers moins froids et plus pluvieux, et des canicules estivales plus fréquentes. Trois grands axes vulnérables sont particulièrement touchés par ces changements. Les phénomènes d’îlot de chaleur urbain sont ainsi plus fréquents, avec une élévation localisée des températures par rapport aux zones rurales. Les risques d’inondations sont également accrus, avec des conséquences importantes pour certains quartiers mal équipés. Et enfin la forêt de Soignes se fragilise, car les hêtres qui la peuplent résistent très mal au changement climatique.

Les mesures d’adaptation du Plan n’ont pas rencontré de grande opposition, selon Annick Vanderpoorten, planificatrice à la division Energie, air, climat et bâtiment durables chez Bruxelles Environnement. « De façon générale, le Plan a été très bien accueilli, parce qu’il était attendu depuis longtemps (…) Mais les mesures de transport, par exemple, sont un peu plus dures à faire passer. Il y a des organismes qui n’ont pas d’intérêt à voir la mise en place de certaines mesures. Mais il y a d’autres organismes qui les applaudissent. Et comme on est obligés de consulter toutes les associations bruxelloises (…) Tout est une question de compromis. » Si certaines dispositions nécessitent plus de débat que d’autres, tous les partenaires sont pourtant d’accord sur une chose : « Aucun organisme bruxellois ne tiendrait un discours comme quoi le changement climatique n’est pas une réalité. Même les lobbys automobiles n’oseraient jamais ».

Que faire au quotidien ?

Pour limiter l’émission de particules fines et de CO2, l’usage des voitures à essence est à bannir au maximum. En outre, aux recommandations classiques, telles qu’utiliser des ampoules basse consommation, privilégier l’usage de l’eau froide, limiter sa consommation de viande, dégeler ses aliments dans le réfrigérateur plutôt qu’au micro-ondes, acheter des appareils durables et couper le chauffage dans les pièces inoccupées, s’ajoutent des conseils moins évidents. Les banques classiques investissant dans les énergies fossiles, des alternatives sont proposées en Belgique avec New B ou chez nos voisins néerlandais avec Triodos Bank. Leur finance vise plus de transparence et des investissements plus écologiques. En ce qui concerne les vacances, le slow travel, apparu en Italie dans les années 1980, revient à la mode. À contre-courant du tourisme de masse, il consiste à voyager de façon moins consumériste en mangeant local, en prenant les transports en commun et en rencontrant les habitants du pays.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Julien Watrin. Photo : filip bossuyt (CC BY 2.0)
Julien Watrin, le quatrième de la fratrie des Borlée… ou presque

Julien Watrin ? Vous avez sûrement entendu parler de lui à de nombreuses reprises… Membre du relais 4x400 mètres des Belgian...

Fermer