"/>
30
Oct
2016

Entre deux coups de spatule pour étaler la cire et trois gouttes de faux sang, rencontre avec Tania, maquilleuse professionnelle.

Tania, maquilleuse, s'adonne à sa passion en salon et sur les tournages

Entre deux coups de spatule pour étaler la cire et trois gouttes de faux sang, rencontre avec Tania, maquilleuse professionnelle.

30 Oct
2016

PORTRAIT. Tania Shamshur, la maquilleuse de la nuit d’Halloween

Durant la période d’Halloween, de nombreux métiers sont mis en avant. Du comédien au compositeur musical, en passant pas le technicien lumière, tous ont un but : effrayer les quidams. Tania Shamshur est maquilleuse professionnelle et redouble d’inventivité pour l’occasion. Elle travaille à la “Boutique Exclusive” MAKE UP FOR EVER du Mont des Arts, à Bruxelles. Mais sa vie n’a pas toujours été faite de fards, de poudres et autres rouges à lèvres.

Fille de parents diplomates, elle a vécu de nombreuses années à l’étranger. C’est donc dans une langue shakespearienne parfaitement maitrisée qu’elle aide et conseille les clients venus de tous les horizons. Partagée entre les États-Unis, l’Ukraine et l’Italie, elle a vu du monde et en a profité tout en poursuivant ses études. « J’ai aussi essayé d’apprendre l’italien, quand j’étais à l’université en Italie », détaille-t-elle.

Retour aux sources

De retour en Belgique, elle use les bancs de l’université dans la faculté de Sciences politiques. Mais après les trois premières années de bachelier, elle décide d’interrompre son cursus. Ses aspirations sont ailleurs : dans le domaine des arts. Elle ravive alors une flamme qu’elle avait ressentie lorsqu’elle tâtait de l’objectif : le maquillage, sur lequel elle avait déjà eu quelques cours. C’est alors qu’elle s’inscrit à la MAKE UP FOR EVER Academy et commence son apprentissage. Depuis deux ans, elle y est employée mais est également maquilleuse freelance.

« Je sais que plus tard je continuerai à maquiller ; peut-être pour le cinéma, j’adorerais ça »

Depuis, Tania a travaillé sur de petits courts-métrages produits par le Kino Kabaret International de Bruxelles. Ce festival a pour but de rassembler un maximum de créateurs belges et internationaux, pendant dix jours, durant lesquels ils doivent produire un maximum de très courts-métrages. C’est à cette occasion qu’elle s’essaie pour la première fois au monde du cinéma. Cela va s’en dire, dès le premier coup de pinceau sur le visage d’un comédien, l’exercice lui a plu.

Le cinéma est un rêve et elle souhaite travailler sur d’autres productions, plus grandes que les courts-métrages auxquels elle a participé. L’ambition ne lui manque pas mais elle reste réaliste. Si l’opportunité ne se présente pas, une chose est sûre : elle continuera d’être une “make-up artist”.

 

Créez votre propre plaie sanguinolente

Tout d’abord destiné au théâtre et à l’audiovisuel, les modifications corporelles réalisées avec du maquillage sont à présent possibles à domicile. Cependant, il est nécessaire de se fournir un certain nombre de produits. Pour la plaie à la maison réalisée par Tania, il faut :

  • Du latex (ou de la cire) destiné au maquillage ;
  • Une palette de maquillage avec des tons rouges et bruns ;
  • Du fond de teint à la couleur de sa carnation ;
  • Du faux sang.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Des jeunes s'amusent au skatepark de Bruxelles-Chapelle (Marc Delforge, FlickR)
ÉDITO. Notre société, interculturelle, vraiment ?

Je me suis rendu ce jeudi 27 octobre à une conférence sur le métissage. Elle avait lieu à l'Université libre...

Fermer