"/>
Consultation dans le bureau d'un médecin grec.
24
Fév
2016

Depuis le début de la crise financière en 2008, le budget du ministère de la Santé grec a baissé de 50%, a souligné Médecins du Monde.

Polyclinique d'Athènes. Photo : Médecins du Monde - Urgences Grèce.

Depuis le début de la crise financière en 2008, le budget du ministère de la Santé grec a baissé de 50%, a souligné Médecins du Monde.

24 Fév
2016

Les Belges appelés à se mobiliser contre un “Grexit médical”

L’ONG Médecins du Monde et deux hôpitaux bruxellois ont lancé mardi 23 février une campagne, “Urgences Grèce – Stop au Grexit médical”, afin de sensibiliser la population belge face à la crise sanitaire que connaît actuellement la Grèce.

L’ONG, l’hôpital universitaire d’Erasme associé à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et le CHU Saint-Pierre de Bruxelles ont lancé une pétition pour demander le gel du budget des soins de santé en Grèce “afin de mettre la pression sur les autorités européennes”, a indiqué le doyen de la Faculté de Médecine de l’ULB, Marco Schetgen, lors d’une conférence de presse.

Affiches, flyers, page Facebook, vidéo sur Youtube… les initiateurs de la campagne ont tout mis en place pour tenter d’informer et de conscientiser la population belge.

Sept autres hôpitaux bruxellois et deux provinciaux ont offert leur soutien à la campagne.

Des actions sur le terrain

La campagne vise également à récolter des fonds pour financer des projets concrets sur le terrain. Trois projets ont d’ores et déjà été lancés.

Le Projet Pirée met l’accent sur le soutien psychologique. Médecins du monde a ouvert une nouvelle polyclinique en février au Pirée, où sont mis en place des thérapies allant de 6 à 12 mois.

Le Projet Eubée vise à aider huit dispensaires et un centre de santé de cette grande île en leur fournissant des équipements et des médicaments grâce à l’aide des équipes médicales du CHU Saint-Pierre.

Le dernier projet, porté par l’hôpital Erasme, prend place en Thessalonique et veut soutenir les enfants atteints de maladies sévères. Il prévoit l’achat de couveuses pour les deux centres de néonatologie qui accueillent les grands prématurés de toute la région de Thessalonique et l’achat de réactifs pour l’hôpital Hippocrate qui est le seul de toute la Grèce à effectuer des greffes sur des enfants.

Un système de soins de santé à l’agonie

Depuis le début de la crise financière en 2008, le budget du ministère de la Santé grec a baissé de 50%, a souligné Médecins du Monde. Pas moins de 2,5% de Grecs vivent sous le seuil de pauvreté et que 25% de la population ne bénéficie plus d’une couverture sociale, a ajouté l’ONG.

Une situation qu’a pu observer de près Alexandre Popotas, étudiant en dernière année de médecine à l’ULB, qui a effectué un stage à l’hôpital central de la ville de Volos.

“Un jour, j’étais aux urgences chirurgicales en train de faire des sutures à un patient”, se rappelle-t-il. “Juste après, un médecin m’a dit que c’était très bien, qu’il aurait une belle plaie et que le risque infectieux était minimisé mais que, malheureusement, il n’y avait plus de stock de fils de suture et qu’il fallait donc que je fasse des sutures beaucoup plus larges. Et c’est comme ça pour tout : les gants chirurgicaux, les compresses stériles et surtout les médicaments.”

Ce que confirme Stefanos Savourakis, qui travaille pour Médecins du Monde en Grèce : “Il y a des mois, on n’a pas de médicaments pour les personnes atteintes du SIDA.”

Une situation insoutenable

Cette situation, le docteur Cristina Salida, qui travaille à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, l’a vécue personnellement. Alors qu’elle était en vacances avec sa famille en Grèce en 2013, son papa, 78 ans, a dû être emmené aux urgences de l’hôpital universitaire de Volos pour une fracture de la cheville suite à une mauvaise chute. Ce qui devait n’être qu’une opération de routine s’est transformée en un vrai cauchemar : arrêt cardiaque, suivi d’une rapide descente vers un état comateux qui finit par l’apparition d’un hématome sous-dural.

“Chaque jour, la situation se dégradait. On faisait face à des gens qui ne pouvaient pas nous aider. Il avait besoin d’une intervention neurochirurgicale mais les médecins n’avaient pas de plateau chirurgical adéquat, ni de neurochirurgien disponible et pas de lit libre dans l’unité chirurgicale pour les prochains jours”, raconte-t-elle.

https://www.facebook.com/aboutdesouffleGrece/

Finalement, le Dr. Salida, impuissante devant l’état de son père, décide de l’emmener dans une clinique privée, où les soins sont à charge du patient, “ce que la majorité des Grecs ne peuvent pas se permettre”, précise-t-elle.

Salle d'attente bondée dans une clinique grecque.

Polyclinique de Médecins du Monde à Athènes. Photo : Urgences Grèce

“On est déjà en train de traiter la Grèce d’une manière humanitaire comme si c’était un pays du tiers-monde”, a déclaré Yvon Englert, gynécologue à l’hôpital d’Erasme. “Le citoyen européen lambda qui vit en Grèce et qui a besoin de soins de santé, qui n’a rien à voir avec la crise, paie le prix. On bafoue l’une de nos valeurs fondamentales européennes, qui est la défense de la santé”, a-t-il déploré.

Les initiateurs de la campagne ont prévu plusieurs événements dans les mois à venir, dont la soirée musicale qui aura lieu le 20 juin au Bozar. Ils espèrent à longue échéance voir d’autres hôpitaux européens rejoindre le projet.

“La santé grecque à bout de souffle”, immersion au cœur de la crise médicale

“La santé grecque à bout de souffle”, de Pauline Verhelst, Margaux Ruelle et Chloé Martens, plonge les téléspectateurs au centre de la crise médicale grecque. Les trois étudiantes en journalisme de l’IHECS se sont rendues à Athènes en août dernier pour recueillir les témoignages des citoyens grecs directement concernés par la défaillance du système de santé. Conseillées par Bruno Clément, directeur des JT de la RTBF, les réalisatrices donnent la parole à tous les acteurs : les jeunes médecins, les chefs de service hospitalier, les infirmiers, les pharmaciens, les assurés et les non assurés.

Pour faire face à ce quotidien difficile, la solidarité s’organise en Grèce. Les contributrices du Bruxelles Bondy Blog présentent quelques initiatives citoyennes qui ont fleuri à travers le pays. Un condensé de ce documentaire de 26 minutes a été réalisé par Laurence Brecx, journaliste à la RTBF. Il sera diffusé ce jeudi 25 février dans le JT de 19h30 sur La Une.

Plus d’informations: http://urgencesgrece.eu/fr

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “Les Belges appelés à se mobiliser contre un “Grexit médical””

  1. christine.crabbe@skynet.be' CRABBE Christine dit :

    J’ai eu connaissance ce matin de l’état des soins de santé en Grèce : inimaginable !
    Travaillant moi-même en milieu hospitalier, dans une région lourdement touchée par la crise économique et ses effets sur la population, je me sens particulièrement concernée…

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Jungle de Calais : des milliers de vies en sursis

Alors qu’ils ont déjà dû quitter leur maison, leur famille et leur vie, un millier de migrants (trois fois plus...

Fermer