"/>
Castors de Braine. Photo : Thomas Leloup
27
Mar
2015

Dans les coulisses de la finale d'Eurocup perdue par les Castors de Braine face à Villeneuve-d'Ascq (53-73).

Les joueuses du Royal Castors Braine lors de leur échauffement avant la rencontre.

Dans les coulisses de la finale d'Eurocup perdue par les Castors de Braine face à Villeneuve-d'Ascq (53-73).

27 Mar
2015

Une journée dans l’antre des Castors

Hier soir, le basket-ball belge a vécu un moment historique avec une finale européenne disputée par un club national sur son propre sol. Les Castors de Braine recevaient les Françaises de Villeneuve-d’Ascq pour la manche retour de l’Eurocup féminine. Un tel événement nécessite évidemment beaucoup de préparation. Nous étions présents dans les coulisses de la rencontre.

10h45 : dernier entraînement

Le Spiroudôme de Charleroi, rebaptisé « Castordôme d’un soir », est complètement vide et les premiers bruits de ballons sur le parquet résonnent. Les joueuses des Castors viennent une dernière fois répéter leurs gammes avant le grand rendez-vous de la soirée. La décontraction peut se lire sur le visage des joueuses et du staff. Rien ne semble présager qu’une finale européenne se joue dans quelques heures. Après une heure d’entraînement, les Castors rejoignent leur hôtel à proximité de l’aéroport de Charleroi afin de rester dans leur bulle. Au programme des Brainoises avant le match : sieste, séance vidéo et repas.

13h : les médias se préparent

Les équipes de télévision qui diffuseront la rencontre s’installent et se préparent pour le grand direct. D’autres médias arrivent quelques minutes plus tard afin de prendre leurs marques également.  Vers 14h30, des chaussures crissent sur le parquet de la salle mais cette fois ce ne sont pas les Castors. Les Spirous de Charleroi foulent le terrain pour leur entraînement suite à leur défaite de la veille. Après l’entraînement, l’entraîneur carolo Jacques Stas vient saluer les dirigeants brainois, lui qui est passé par le club brabançon wallon en tant que joueur entre 1989 et 1992.

Spiroudôme. Photo : Thomas Leloup

La salle est prête pour accueillir 6.500 spectateurs.

 

17h30 : le trophée arrive au « Castordôme d’un soir »

Plus les minutes découlent, plus l’effervescence grandit chez les organisateurs. Les derniers détails sont réglés avec les stewards et avec la sécurité. Il est 17h, la salle ouvre ses portes dans une heure et demie et tout le monde semble prêt pour l’événement. À 17h30, les premiers officiels de la FIBA, la fédération internationale de basket-ball, font leur entrée dans la salle avec, sous leurs bras, le trophée du vainqueur et les médailles pour les deux équipes. Les derniers détails sont réglés et à 18h15, les responsables des tickets se positionnent devant les différentes entrées. À un quart d’heure de l’ouverture, les files de supporters sont longues devant la salle et on peut entendre les premiers chants.

18h30 : les premiers supporters affluent

Les portes s’ouvrent et le flux de supporters se déverse dans les tribunes du « Castordôme d’un soir ». Le Beaver Spirit, le club de supporters brainois, se fait entendre. Petit à petit, les spectateurs s’installent dans la salle qui est déjà à moitié remplie à une heure du coup d’envoi. Les Castors font leur apparition sur le parquet et l’ambiance monte encore d’un cran alors que les pom-pom girls révisent leurs pas une dernière fois.

Supporters des Castors. Photo : Thomas Leloup

Les supporters brainois sont arrivés très tôt dans les tribunes.

20h : une salle pleine à craquer

Une demi-heure avant le coup d’envoi, la salle est pleine à craquer et l’hymne des Castors est entonné par les supporters brainois. Une ambiance très chaude qui a accompagné les joueuses lors de leur échauffement.


20h30 : le show peut commencer

Le match tant attendu débute. Les Castors manquent leur premier quart-temps mais réagissent bien dans le deuxième. Elles sont malgré tout menées 31-36 au repos. Tous les espoirs sont encore permis mais ceux-ci vont voler en éclats dans le troisième quart-temps. Villeneuve-d’Ascq va inscrire 17 points sans que les Castors n’en inscrivent un seul pour mener 33-56. Le bateau brainois prend l’eau au fil des minutes et ne peut pas éviter le naufrage. Résultat final : 53-73 pour Villeneuve-d’Ascq et les Castors sont privées de leur rêve.

22h30 : les pleurs pour Braine, la joie pour Villeneuve-d’Ascq

Les Françaises fêtent leur victoire avec les 400 supporters présents dans les tribunes le temps que le podium soit monté. Lors de la cérémonie des médailles, les Brainoises sont en pleurs, déçues d’être passées à côté de leur match mais surtout si près de l’exploit. Du côté de l’ESBVA, c’est la joie au moment de soulever le trophée. Les joueuses françaises feront la fête jusque minuit avec leurs supporters sur le parquet. Les Castors, elles, ont été applaudies par leurs supporters pour leur magnifique parcours et seront honorées ce vendredi 27 mars à 19 h sur la Grand Place de Braine-l’Alleud.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
“L’Homme qui répare les femmes – La colère d’Hippocrate” récompensé d’un Papillon d’Or

Ce mercredi 25 mars, le docteur Mukwege était présent lors de l’avant-première de « L’Homme qui répare les femmes –...

Fermer