"/>
Drapeau de la communauté transgenre
14
Mai
2016

La représentation des personnes transgenres dans les médias s’améliore peu à peu, mais un long chemin reste à parcourir.

Drapeau de la fierté trans. Torbakhopper : (CC BY 2.0)

La représentation des personnes transgenres dans les médias s’améliore peu à peu, mais un long chemin reste à parcourir.

14 Mai
2016

Trans-médiatisation : l’image des personnes transgenres au cœur de la Belgian Pride

Si la Belgique occupe une place de premier plan dans la lutte contre les violations des droits humains des personnes homosexuelles et bisexuelles, ceux des personnes transgenres ne sont pas encore totalement respectés” indique Amnesty international sur son site web. La Belgian Pride 2016 se focalise sur les droits des personnes transgenres, avec pour toile de fond, une combat contre la loi du 10 mai 2007. Celle-ci oblige les personnes transgenres à être suivies par un psychiatre et stérilisées pour pouvoir, au niveau administratif, officiellement changer de genre. Plusieurs associations, dont Amnesty, luttent pour une révision de la loi belge, qui constitue une violation des droits de l’Homme et implique des traitements inhumains et dégradants.

Dans ce contexte, une meilleure représentation des personnes transgenres dans les médias s’avère nécessaire. Laverne Cox, Caitlyn Jenner… Les personnalités trans sont de plus en plus médiatisées. Si auparavant elles apparaissaient plutôt dans des émissions tard dans la nuit, elles sont désormais de plus en plus présentes en prime time, dans les séries TV, dans les films, mais aussi dans les journaux télévisés et autres émissions d’informations ou de divertissement. Pour Karine Espineira, chercheuse spécialisée dans la représentation médiatique des transidentités la personne trans s’est désormais « inscrite dans la culture commune, y compris celle des gens qui sont contre ».  Mais s’ils sont plus affichés dans les médias, les transgenres s’inquiètent de leur représentation et de la façon dont les questions transidentitaires sont abordées.

Être représentés oui, mais pas à n’importe quel prix

Dans les médias d’informations, comme dans les médias culturels, la représentation des thématiques transidentitaires est en pleine évolution. Notamment grâce au travail d’associations comme Genres Pluriels. L’association a repris une charte créée par Trans Media Watch, une organisation anglaise, et en a créé une version adaptée aux médias belges. Le document permet entre autres de baliser les rapports avec les journalistes et les médias. « Cette charte reprend une partie des définitions qui sont les nôtres, parce que nous avons un vocabulaire qu’on considère comme respectueux, et un vocabulaire qu’on considère comme irrespectueux. La première étape pour les journalistes, c’est de respecter le vocabulaire qu’on veut employer parce que l’utilisation de certaines terminologies est transphobe » explique Ely, responsable du groupe média de Genres Pluriels. Notons au passage que, dans ce contexte, l’association a tenu à relire le présent article avant publication, non pas pour en changer le contenu ou demander des modifications, mais pour s’assurer que le vocabulaire utilisé était adéquat.

La charte a également pour objectif d’éviter le plus possible les clichés et stéréotypes. Souvent, le reportage ou l’article se concentre sur la transition, les opérations, le traitement hormonal et cherche à entrer dans l’intimité de la personne. Des stéréotypes féminins, très souvent sexistes sont utilisés, lorsqu’il s’agit d’une femme transgenre. Par exemple, montrer qu’elle fait du repassage, ou qu’elle se maquille, comme si ces activités prouvaient sa féminité.

Enfin, la charte vise aussi à sortir de l’aspect sensationnaliste et polémique sur lequel beaucoup de médias se concentrent. Pour Max Nisol, psychologue et formateur à Genres Pluriels, souvent les médias associent le monde militant à l’émotion, ce qui est une erreur. « On parle de droit, on parle de respect, d’aspect juridique, ces matières-là sont loin d’être émotionnelles. On est dans l’éthique ».

Une représentation plus juste dans les médias culturels

Pour les associations rencontrées, les personnages transgenres dans les séries et films sont désormais plus proches de la réalité qu’auparavant. Mais leur représentation peut rester un problème pour la communauté transgenre. En effet, l’histoire du personnage trans ne tourne souvent qu’autour de sa transidentité. Se pose également la question de qui est habilité à jouer le rôle d’une personne trans. Dans le récent film “The Danish Girl” par exemple, le rôle principal de Lili Elbe, une femme transgenre, est joué par Eddie Redmayne, un acteur cisgenre (personne qui s’identifie au genre qui lui est assigné à la naissance). Une actrice transgenre n’aurait-elle pas été mieux placée pour jouer ce rôle ?

Toutefois, cette reconnaissance dans l’espace médiatique, selon Karine Espineira, a permis « de faire passer des messages qui, autrefois, étaient impossible à faire passer », pour elle « tout n’est pas à jeter dans la représentation des personnes trans, c’est une évolution significative, au-delà des effets de peoplisation de personnalités, cela a permis de considérer la personne trans dans son cadre personnel et non plus comme un cas d’étude… » A quand le personnage transgenre dans une histoire qui ne traite pas de la question transgenre ?

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Fanny Willième
La réforme du cursus des soins infirmiers ne passe pas auprès des étudiants

Bâclé, brouillon, peu réfléchi… L’avant-projet de décret réformant le secteur des soins infirmiers répond certes à une demande de l’Europe....

Fermer