"/>
Portrait du caricaturiste russe Sergey Elkin
25
Avr
2016

ICI MOSCOU. Caricaturiste au Moscow Times, il aime par-dessus tout « teaser » les hommes politiques. Rencontre.

Depuis qu'il est caricaturiste, Sergey Elkin a reçu tellement de menaces qu'il n'y prête plus attention. © Ilhem El Hamamouchi

ICI MOSCOU. Caricaturiste au Moscow Times, il aime par-dessus tout « teaser » les hommes politiques. Rencontre.

25 Avr
2016

PORTRAIT. Sergey Elkin, l’homme qui caricaturait trop

Sergey Elkin taquine les personnalités publiques. C’est comme une drogue à laquelle il ne peut pas résister. Depuis 1995, il les caricature, les dessine, les décrypte, les moque, les critique. Pourtant, il n’avait pas signé pour cela. Sergey était rédacteur dans un journal à Voronezh, au sud de Moscou. Un  jour, il n’y eu plus assez de contenu pour remplir les pages. Il s’est donc lancé dans la caricature politique. A 54 ans, il parle toujours de sa profession avec passion.

Sergey est un homme discret qui s’efface volontiers pour laisser de l’espace aux autres. L’interprète présente à notre rencontre nous confie qu’il préfère être seul et qu’il est mal à l’aise avec trop de gens autour de lui. Cette gêne n’est pas palpable avec nous. Au contraire, quand il sourit, le bar où nous sommes semble s’illuminer. Les Eagles chantent lascivement. Sergey commande une bouteille d’eau, qu’il partage avec l’interprète. Il commence par parler de l’âge d’or des caricatures en Russie.

Dans les années 1970 et 1980, un groupe réunit les dessinateurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg. A cette époque, ils peuvent dessiner sans être persécutés pour leurs opinions politiques. Après 2003, la situation empire. Les caricaturistes commencent à faire du business en publiant des livres. Mais la crise s’invite dans la partie et engendre une mort lente du support papier. Les journaux ne commandent plus autant de caricatures qu’auparavant, et les jeunes s’orientent de moins en moins vers cette profession sur le déclin.

Vladimir Poutine s'adresse à Angela Merkel depuis son tank

Caricature de Vladimir Poutine et Angela Merkel se faisant face. Sergey Elkin.

Sergey suit des règles très simples en matière d’autocensure. Pour ne pas aller à l’encontre de certaines traditions, il s’empêche de faire des blagues sur le corps, le sexe, les malades, les handicapés, les morts et les proches des politiques. D’après lui, la liberté d’expression existe seulement dans les textes de loi. Mais dans la réalité, la plupart des journaux, des magazines et des rédacteurs craignent d’être contrôlés par des institutions étatiques pour ce qu’ils publient. Ils évitent donc de critiquer ceux qui sont au pouvoir, que ce soit via des articles, des dessins ou des caricatures.

L'ours russe, d'une guerre froide à l'autre.

L’ours russe traverse les glaces, d’une guerre froide à l’autre.

« Un jour vous serez pendu »

Comme les autres, Sergey a peur, mais il ne s’arrête pas de dessiner pour autant. Un jour, il reçoit des béquilles par la poste. La menace ne peut être plus claire : si tu continues de dessiner, on te brisera les jambes. Il ne sait pas qui les a envoyées, mais avoue en rigolant avoir apprécié cette idée « créative ». Il reçoit également souvent des commentaires sur ses comptes Facebook et Twitter. Ils citent son surnom, « Yolkyn » (ou « pin » en français) : « Monsieur Yolkyn, un jour vous serez pendu à un arbre ». Les menaces sont tellement nombreuses qu’ il a arrêté d’y faire attention.

Plusieurs contacts au sein de la profession le protègent. Il pense qu’il ne se fera jamais arrêter ou poursuivre, car il deviendrait alors une figure publique. Les autorités ont tout intérêt à ne pas faire de la publicité pour le Moscow Times. Sergey reste dans l’ombre et continue de railler ceux qui ont choisi d’être sur le devant de la scène médiatique.

Caricature de Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine représenté en araignée tissant sa toile autour du blason russe. Sergey Elkin pour The Moscow Times.

SEMAINE SPÉCIALE MOSCOU. Dans le cadre d’un échange à l’Université d’État Lomonosov de Moscou, 23 étudiants de l’IHECS ont intégré la faculté de journalisme pour une durée de deux semaines. Il s’agit de suivre un programme international sur le journalisme et ses enjeux en Russie. Retrouvez l’ensemble des articles du projet “Ici Moscou” sur www.bxlbondyblog.be

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Caméras
Du lockdown aux perquisitions : les médias belges et français face à l’urgence

La Belgique et la France pansent leurs plaies un mois après les attentats de Bruxelles. Les deux pays se partagent...

Fermer